top of page
Rechercher

Le rôle du cholestérol résiduel et des triglycérides dans les maladies cardiovasculaires

Dans la lutte contre les maladies cardiovasculaires, les traitements visant à réduire le cholestérol LDL ont été au cœur des stratégies thérapeutiques. Cependant, des études cliniques approfondies ont révélé l'existence d'un "risque cardiovasculaire résiduel" chez les individus sous traitement hypolipidémiant, ciblant spécifiquement le cholestérol LDL [1]. Ce risque semble être associé à d'autres composants lipidiques, notamment le cholestérol résiduel et les lipoprotéines riches en triglycérides et non lipidiques connus (tabagisme, stéatose hépatique, etc.) [2,3].

Que représente le cholestérol résiduel ?

Le cholestérol résiduel représente le contenu en cholestérol des VLDL et de leurs résidus en triglycérides partiellement appauvris, contenant de l'apoB-100 pendant le jeûne.

En dehors du jeûne, le cholestérol résiduel d'origine exogène englobe également le cholestérol présent dans les chylomicrons contenant de l'apoB-48.


Image (European Heart Journal, Volume 44, Issue 16, 21 April 2023, Pages 1446–1448)

En somme, le cholestérol résiduel représente tout le cholestérol présent dans les lipoprotéines riches en triglycérides provenant du foie (VLDL), provenant de l'intestion (chylomicrons) et leurs restes, excluant le cholestérol HDL et le cholestérol LDL.


Cholestérol résiduel = cholestérol total - cholestérol HDL - cholestérol LDL


Quel est le rôle de ce cholestérol résiduel ?


D'après de nombreuses sources de données, les lipoprotéines riches en triglycérides occupent une position centrale dans le contexte du risque cardiovasculaire résiduel. Des indications suggèrent que les niveaux de cholestérol résiduel pourraient jouer un rôle déterminant dans ce risque, surtout chez les patients sous un traitement hypolipidémiant intensif, où les niveaux de LDL-C sont bien contrôlés. Les taux de cholestérol résiduel semblent représenter l'un des principaux facteurs de risque cardiovasculaire après les taux de LDL-C. En effet, la concentration plasmatique des résidus lipidiques semble être corrélée avec le risque cardiovasculaire de manière indépendante des niveaux de LDL-C.

Des données expérimentales et cliniques substantielles pointent vers un rôle prépondérant du cholestérol résiduel dans le développement de l'athérosclérose. Ces molécules lipidiques traversent aisément la paroi artérielle, s'y lient et stimulent la progression des cellules musculaires lisses ainsi que la prolifération des macrophages résidents. En conséquence, les RC sont identifiés comme des facteurs de risque causaux d'événements cardiovasculaires.

En outre, les lipoprotéines riches en triglycérides et le cholestérol résiduel sont associés à l'inflammation systémique de faible intensité et aux dommages causés aux vaisseaux sanguins, contrairement au cholestérol LDL-C qui ne présente pas de lien avec ces phénomènes [4,5].

Ces recherches ouvrent de nouvelles perspectives dans le domaine de la prévention cardiovasculaire. Si les traitements actuels ont été efficaces pour réduire le cholestérol LDL et abaisser le risque cardiovasculaire global, l'attention portée au cholestérol résiduel pourrait offrir de nouvelles stratégies thérapeutiques pour réduire davantage le fardeau des maladies cardiovasculaires.

En conclusion, la reconnaissance et la compréhension approfondie du rôle des taux de cholestérol résiduel dans les maladies cardiovasculaires incitent à une exploration continue et à des recherches visant à élucider leur impact sur les stratégies de traitement et de prévention.

[1] Ferrari R., Catapano A.L. Risque cardiovasculaire résiduel. Eur. Coeur J. Suppl. 2016; 18 :C1. DOI : 10.1093/EURheartJ/SUW010.
[2]. Lawler P.R., Akinkuolie A.O., Chu A.Y., Shah S.H., Kraus W.E., Craig D., Padmanabhan L., Glynn R.J., Ridker P.M., Chasman D.I., et al. Déterminants des lipoprotéines athérogènes des maladies cardiovasculaires et risque résiduel chez les personnes ayant un faible cholestérol à lipoprotéines de basse densité. J. Am. Heart Assoc. 2017; 6 : E005549. doi : 10.1161/JAHA.117.005549.

{3]. Jepsen A.M., Langsted A., Varbo A., Bang L.E., Kamstrup P.R., Nordestgaard B.G. L’augmentation du cholestérol résiduel explique une partie du risque résiduel de mortalité toutes causes confondues chez 5414 patients atteints de cardiopathie ischémique. Clin. Chem. 2016; 62 :593-604. DOI : 10.1373/clinchem.2015.253757.

[4]. März W., Scharnagl H., Winkler K., Tiran A., Nauck M., Boehm B.O., Winkelmann B.R. Triglycérides à lipoprotéines de basse densité associés à une inflammation systémique de bas grade, à des molécules d’adhésion et à une maladie coronarienne angiographique : l’étude sur le risque de Ludwigshafen et la santé cardiovasculaire. Circulation. 2004; 110 :3068-3074. doi : 10.1161/01.CIR.0000146898.06923.80.

[5]. Varbo A., Benn M., Tybjærg-Hansen A., Nordestgaard B.G. Un taux élevé de cholestérol résiduel provoque à la fois une inflammation de bas grade et une cardiopathie ischémique, tandis qu’un taux élevé de cholestérol à lipoprotéines de basse densité provoque une cardiopathie ischémique sans inflammation. Circulation. 2013; 128 :1298-1309. doi : 10.1161/CIRCULATIONAHA.113.003008.
21 vues0 commentaire

Comments


bottom of page